A Noël, les stagiaires Mars n´ont pas droit qu´à des chocolats !

A quelques petits jours de Noël et des cadeaux qui nous attendent au pied du sapin (pour les plus sages uniquement !), quoi de plus naturel que d'aller à la rencontre d'un des leaders internationaux du chocolat ?

Vous l'avez compris, nous parlons bien ici de Mars qui, en plus de proposer de délicieux produits à déguster avant, pendant et après les fêtes, a également été distinguée première entreprise de choix pour les stagiaires lors du dernier classement Happy Trainees.

Tout ceci nous a amenés à solliciter Valérie Savoye, Directrice Recrutement & Développement des Talents, et Alexandre, stagiaire au sein du Groupe, pour en savoir un peu plus sur la façon dont on devra chouchouter les jeunes talents en 2017.

Bonjour Valérie, Bonjour Thomas ! Avant d'en venir à quelques questions, pourriez-vous vous présenter en deux mots ?

Valérie Savoye - Je travaille pour Mars en France sur la business unit "Chocolat" qui est le segment historique de l'entreprise. Je suis basée en Alsace, à Haguenau (usine de fabrication des M&M's et siège historique de l'activité "Chocolat") et j'ai pour responsabilités la direction du recrutement et le développement des talents pour l'ensemble des unités de Mars en France, à travers 8 usines et 10 sites.

Nous sommes aujourd'hui 4200 associés, puisque nous ne parlons pas chez Mars de collaborateurs.

Alexandre - Je suis quant à moi étudiant en école de commerce en Master 1 de Finance à l'ESSCA Angers et j'effectue actuellement un stage en contrôle de gestion chez Mars dans la région d'Orléans. J'ai  eu l'opportunité de découvrir les activités de Mars il y a quelques mois à travers un autre stage basé en Allemagne sur la division "Petcare" au siège européen.

Ma mission est aujourd'hui de développer des outils liés à la gestion financière depuis près de 4 mois.


Si vous deviez nous décrire l'expérience de recrutement chez Mars, côté recruteur comme côté candidat, que mettriez-vous en avant ?

Valérie - Nous somme pour la 2ème année consécutive numéro 1 du classement happy Trainees. Il s'agit d'une distinction connue dans les écoles, nous donnant une aura positive.


Cela vient récompenser notre façon de continuer à proposer des process d'intégration de qualité et récompense également nos managers. Nous recrutons chaque année plus de 130 stagiaires en France, pour la majorité sur un format césure, et ce sur différentes entités : vente, marketing, achats, communication, usine (production, recherche et développement, IT).

Nous n'avons pas réellement de métiers en tension, si ce n'est que nous attachons une importance croissante à être plus présents auprès des écoles de commerce (vente, marketing, communication, fonctions siège) et d'ingénieurs agronomes.


Globalement, nous notons que les métiers de l’industrie sont plus attractifs que ceux liés à l'agroalimentaire. Nous travaillons également sur notre marketing territorial, là où beaucoup de nos sites sont situés en régions, mais pour le moment nous n'avons pas vraiment de difficultés de recrutement.

Concernant les stages, nous travaillons activement à l'attractivité de leurs contenus, à leur accompagnement, la culture d’entreprise de Mars jouant également en sa faveur auprès des jeunes.

98% de ceux qui ont effectué un stage ou un apprentissage recommandent de venir travailler chez Mars. Parmi les intérêts des missions proposées, on peut compter les responsabilités, le fait de faire partie de l’entreprise à part entière sans différence dans les statuts, l'importance similaire accordée à l’intégration et développement personnel associé à un suivi régulier des stagiaires pour développer leur employabilité.

Nous souhaitons avant tout leur donner la chance de mettre en pratique leur connaissance, de grandir professionnellement et personnellement.

Les profils de stagiaires constituent pour nous le premier vivier de recrutement de jeunes diplômés, dans le cadre de notre politique "Early talent".

Alexandre - De mon côté, le process de recrutement a été relativement fluide. Mon CV a d'abord été transféré en interne avant que je rencontre les équipes RH et ma future manager.

Ce qui m'a le plus séduit, c'est que j'ai pu rencontrer les différents membres de l'équipes dès la première phase d’intégration. S'intéresser au travail des autres équipes m'a permis de me forger uneir une image globale du Groupe, là où il est généralement difficile d’arriver dans une telle organisation où la culture est essentiellement orale, à l'américaine.

Le tutoiement est de rigueur chez Mars, et tout le monde est extrêmement bienveillant, accepte de nous donner les clés pour réussir dans l'entreprise. A condition évidemment d'être dynamique et curieux, les managers nous font confiance en nous accordant de l'autonomie et des responsabilités.

J’ai pu gérer mon projet avec de bons feedbacks, et cela m’a convaincu de rester chez Mars. A noter que le côté territorial ne m’a jamais posé de problème, surtout après une première mission de quatre mois en Allemagne !

Ce stage m'a notamment permis de travailler sur l'achat de matières premières au niveau européen, la sélection des fournisseurs, accompagner le chef de projet, mener des audits au niveau européen pour améliorer le processus... Une expérience complémentaire à celle que je vis actuellement en France dans le domaine du contrôle de gestion et des budgets pour 2017 !


Existe-t-il des passerelles entre contrats de stage et CDI ?

Valérie - Chaque fin de stage est l'occasion de proposer une évaluation. Si tout s’est bien passé, c'est évidemment possible ! 35% des stagiaires transforment en CDD ou CDI, d’autres reviennent en stage, alternance ou césure en fonction de leur cursus pédagogique.

On essaye de travailler à la fidélisation de nos stagiaires pour leur donner envie de revenir. Quand ils veulent rester, les recruteurs de postes CDI en déficit identifient en priorité les stagiaires dans leur stratégie de recrutement.

Mars a une culture du moyen terme. Il s'agit du 4ème groupe alimentaire dans le monde, un groupe familial non coté en bourse dans lequel l'humain est placé au centre. S’engager au quotidien et dans la durée, c’est le gage de la pérennité de Mars. Notre culture d’entreprise est orientée enjeux, business durable… Elle correspond aussi beaucoup aux attentes des générations actuelles. Bien plus qu’un stage ou qu’un job, les jeunes sont véritablement en recherche de sens.

Pour finir, avez-vous quelques originalités dans votre travail au quotidien qui méritent d'être relevées ?

Alexandre - Au sein de l’équipe, nous sommes 9, avec des personnalités très différentes, et cela donne parfois lieu à des scénarios cocasses ! Nous avons tous une logique et une façon de pensée différentes, et mieux vaut donc être très ouvert. Nous avons d'ailleurs créé une communauté de stagiaires et de jeunes associés.

Autre anecdote, je suis arrivé le 22 août dans la région d'Orléans pour commencer mon stage, sans logement. Nous avons discuté de ma situation avec une autre stagiaire autour d'un café, et elle m’a proposé de me loger pendant 3 semaines ! Nous organisons également des afterworks réguliers, tout en faisant bien entendu la part des choses entre vie privée et vie professionnelle !

Valérie - Les M&M’s sont tous pareils mais finalement tous différents, et cela donne un côté sympathique ! Nous essayons d’avoir un process de recrutement qualitatif, convivial et efficace.

Le premier contact en école se fait souvent par vidéo (Skype, EasyRecrue) et nous permet de voir le candidat au delà de son CV, avant de le faire venir sur site.

Nous cherchons à nous démarquer positivement, à nous faire connaître. Nos relations écoles sont ainsi proactives, avant même que les candidats envoient leur CV. Cela permet aux jeunes de se filtrer eux-mêmes grâce à la transparence de notre culture d’entreprise et de la manière dont nous présentons nos métiers.

Il est important de pouvoir s’épanouir dans la culture de Mars ! Même en open-space, pouvoir interagir et passer d’un service à l’autre facilement sur un mode agile est important. On ne cherche pas des clones mais une vraie richesse de personnalités, qui tentent des choses. C'est une culture très collaborative dans laquelle les gens ont envie de faire des choses ensemble... Bien au-delà des résultats !

Partagez sur Google Plus

A propos de Guillaume COUDERT

Guillaume intervient sur la marque employeur et les méthodes de recrutement innovant depuis 2009. Passionné de nouvelles tendances et de sports de montagne, il est également très investi dans la cause environnementale. Directeur Associé d'Agorize, Guillaume est diplômé de l'Université Panthéon-Assas et de l'ISC Paris.
Enregistrer un commentaire