La Marine Nationale lance l´application Facebook Dans la peau d´un marin

« Nous recrutons 3000 marins chaque année pour maintenir des équipages jeunes et opérationnels au sein de l’ensemble des forces qui composent la Marine, la moyenne d’âge de ces équipages étant de 28 ans. » - Capitaine de Vaisseau Philippe EBANGA, chef du service de recrutement de la Marine

Cette fin de mois marque le lancement de la nouvelle campagne de recrutement de la Marine Nationale, à grands renforts de mini-films télévisés, articles de presse et affiches que certains d’entre vous ont probablement pu voir dans les couloirs du métro parisien, ou ailleurs ! S’adressant aux jeunes de 16 à 29 ans, de niveau 3ème à Bac+5, le visuel ponctué de la signature « Et si vous étiez déjà marin sans le savoir ? » immerge de jeunes civils au milieu de marins en uniforme.

Mais la grande originalité de cette campagne réside dans la sortie aujourd’hui même de l’application Facebook « Dans la peau d’un marin » développée pour l’occasion par l’agence Euro RSCG C&O. Jouant sur le concept d’infotainment (mélange entre gaming et diffusion d’informations), le jeu consiste à faire découvrir les différents métiers proposés aux futures 3000 jeunes recrues qu’ambitionne la Marine.

L’application permet à cet effet de faire vivre aux internautes le quotidien d’un marin à travers 10 des 50 métiers existant dans l'organisation, le but étant de valoriser chacune des missions ouvertes à un jeune embauché. Des mini-jeux interactifs et évolutifs sont également au programme ainsi que de nombreuses photos et vidéos issues des fonds de la Marine Nationale.

Premier métier à découvrir : plongeur-démineur. Rendez-vous ici pour votre première mission !

Partagez sur Google Plus

A propos de Guillaume COUDERT

Guillaume intervient sur la marque employeur et les méthodes de recrutement innovant depuis 2009. Passionné de nouvelles tendances et de sports de montagne, il est également très investi dans la cause environnementale. Directeur Associé d'Agorize, Guillaume est diplômé de l'Université Panthéon-Assas et de l'ISC Paris.
Enregistrer un commentaire