Votre Toyota est aussi Ma Toyota

Le toyotisme, vous connaissiez ? Ce mode d’organisation du travail développé par Toyota dans les années 60 a permis aux salariés de se sentir davantage impliqués dans leurs tâches qu’ils ne l’étaient sous l’emprise du taylorisme ou du fordisme.

50 ans plus tard, le constructeur automobile fait toujours de l’implication des salariés un facteur de motivation et de fidélisation, mis à part qu’il ne s’agit plus aujourd'hui de parler de production juste-à-temps et de cercles de qualité pour attirer et fidéliser (et oui, les temps ont bien changé !).

« Votre Toyota est aussi ma Toyota ». Le message que l’on trouve sur la première page du site Internet de la firme mise clairement sur la confiance portée au constructeur. Il faut dire que l’entreprise en a bien besoin suite à la dernière campagne de rappel par laquelle elle a été affectée en début d’année pour cause de dysfonctionnement de pédales d’accélérateur.

Quoi qu’il en soit, l’initiative développée ici est plutôt originale : de petites cartes, sous forme de badges de travail, présentent plusieurs salariés aux fonctions et pays différents accompagnés de messages d’invitation à découvrir leurs métiers.

En cliquant dessus, on tombe sur une vidéo dans laquelle l'individu sélectionné parle avec passion de ses tâches quotidiennes, sur fond de mélodie à vous faire verser une larme en visionnant une chaîne de production (ils sont forts ces créatifs !).

L’émotion est en effet un bon moyen de faire passer un message, comme nous l’avions déjà illustré dans un article précédent.

Quant à vous, chers lecteurs, quelles sont vos réactions sur cette campagne de communication ?

Partagez sur Google Plus

A propos de Guillaume COUDERT

Guillaume intervient sur la marque employeur et les méthodes de recrutement innovant depuis 2009. Passionné de nouvelles tendances et de sports de montagne, il est également très investi dans la cause environnementale. Directeur Associé d'Agorize, Guillaume est diplômé de l'Université Panthéon-Assas et de l'ISC Paris.
Enregistrer un commentaire